Direction Artistique - Curatrice - Architecte 

HABITER LE TEMPORAIRE

La nouvelle maison des jours meilleurs


2017 - Galerie basse des expositions temporaires, Cité de l’architecture et du patrimoine, Paris



© Gaston Bergeret

HABITER LE TEMPORAIRE
La nouvelle maison des jours meilleurs



La 6e édition du concours Mini Maousse est consacrée à la conception d’une habitation temporaire à la structure modulable, adaptable, empilable, démontable et transportable afin de répondre à différentes situations de mal-logement.

Concours biennal de microarchitecture, Mini Maousse est ouvert aux étudiants des écoles d’architecture, d’ingénierie et de design. Sur les 200 projets reçus, huit ont été sélectionnés, dont un fait l’objet d’une expérimentation grandeur nature à Nantes. L’exposition « Habiter le temporaire. La nouvelle maison des jours meilleurs » propose de découvrir les projets lauréats et mentionnés, mis en regard des situations de mal-logement aujourd’hui en France et des solutions que peut proposer l’architecture.

En 1956, à la demande de l’Abbé Pierre, l’ingénieur Jean Prouvé propose La Maison des jours meilleurs. Inventée pour pouvoir être construite en série et montée en quelques heures, elle est saluée par Le Corbusier comme « le plus parfait moyen d’habitation », et démontre la possibilité de l’industrialisation de l’habitat pour répondre à la situation catastrophique du logement.

Le concours Mini Maousse a proposé aux étudiants de s’inscrire dans cette filiation technique et idéologique. Comme il y a soixante ans, le mal-logement en France demeure une honte ; selon le rapport de la Fondation Abbé Pierre, près de 4 millions de personnes sont mal logées en France, dont 85 000 vivent dans une habitation de fortune toute l’année. Dans cette problématique où se croisent de multiples enjeux sociaux, humanitaires ainsi que de conception, il s’agissait d’imaginer, en faisant appel au bois, une maison modulable, adaptable, empilable et transportable pour des individus isolés comme pour des familles. La beauté de ces nouvelles Maisons des jours meilleurs est dans la place centrale qu’elles accordent à l’humain et dans la justesse des solutions et des conditions de production qu’elles proposent.

L’exposition propose de découvrir les 8 projets lauréats et les 17 projets mentionnés à travers maquettes, images et éléments d’architecture. Elle montre la réponse d’une jeune génération d’architectes sur un enjeu de société, fait redécouvrir la Maison des jours meilleurs de Jean Prouvé, et montre le travail sensible des dessinateurs Laurent Maffre et Cendrine Bonamy sur cette question.

Fiona Meadows & Michel Bouisson, commissaires



Grâce au financement d’AG2R LA MONDIALE et au dispositif mis en place par la Ville de Nantes, le projet lauréat Woodstock fait l’objet d’une construction pouvant loger un couple et trois enfants et d’une expérimentation sur un terrain d’insertion sur l’île de Nantes. Ce site accueille actuellement une dizaine de familles, aidées par l’association « Une Famille Un Toit ».

Soutiens
Mini Maousse 6 est soutenu par
L’école supérieure du bois
Nantes Métropole
La DIHAL (Direction interministérielle pour l’hébergement et l’accès au logement)
Le VIA (Valorisation de l’innovation dans l’ameublement)
La Caisse des dépôts
AG2R LA MONDIALE
Le Conseil régional des Pays de la Loire
La Fondation BTP PLUS
La Fondation Abbé Pierre.



Vidéo: 

Teaser : La nouvelle Maison des jours meilleurs

La nouvelle maison des jours meilleurs
Vidéo en lien avec le colloque organisé par la Cité de l'architecture et du patrimoine les 13 et 15 octobre 2015


« Habiter le temporaire, ici et ailleurs »  avec les acteurs du concours (Bouisson, Rudy Bauer , Fiona Meadows , Fabien le Goff,….)

Radio : Habiter le temporaire , France culture , les nouvelles Vagues , 5 juillet 2017




Le catalogue : Habiter le temporaire La nouvelle Maison des jours meilleurs- Sous la direction de Fiona Meadows et Michel Bouisson 17 x 24 cm / 256 pages / mai 2017
ISBN : 978 2 072 718 656
Edition Alternatives et Cité de l’architecture & du patrimoine

En 1956, face à la question cruciale du logement pour les plus démunis, Jean Prouvé propose, en réponse à l’appel de l’abbé Pierre lancé deux ans auparavant, sa Maison des jours meilleurs. Cet habitat temporaire – composé de 3 pièces, cuisine et sanitaires – est construit à base d’éléments usinés en amont. Malheureusement, le projet restera à l’état de prototype.
En posant comme sujet de sa sixième édition « Concevoir une unité d’habitation temporaire, écopensée et économe », le concours Mini Maousse s’inscrit à cet endroit précis où se croisent, d’une part, la conscience d’une grave crise sociale et humanitaire et, d’autre part, une problématique très stimulante pour les futurs concepteurs, pour faire renaître la nouvelle Maison des jours meilleurs.